Tennis de table : élection rime avec tension

Tennis de table : élection rime avec tension

67
PARTAGER

Tout le monde le sait. Il n’est point d’élection sans guerres médiatiques que ce soit en sport ou dans d’autres domaines. Le tennis de table est atteint de ce virus, comme toute autre discipline sportive d’ailleurs. Des passionnés ont tenu à faire le point sur la situation en effectuant une carte sur table lors d’une rencontre avec la presse, hier, à Antsahamanitra. Il s’agit du candidat en lice pour la présidence de la fédération (FMTT), Jean Chrysostome Rakotonirina, l’ancien président de la FMTT Habib ainsi que des techniciens avertis en la matière.

«Cette année, on a assisté à une élection précipitée. Le président actuel et non moins candidat à sa propre succession, Jean Herley Ambinintsoarivelo, avance que c’est le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) qui met la pression pour présenter le calendrier des dates élections. Cependant, on ne sait plus qui dit vrai car le MJS a affirmé lors de trois ou quatre rencontres qu’aucun calendrier n’est parvenu entre ses mains jusqu’à maintenant alors qu’il a déjà  envoyé une lettre à la fédération à ce sujet», a indiqué Jean Chrysostome Rakotonirina.

Selon les explications, chaque structure (ndlr, clubs, sections et ligues) devrait  être informée officiellement du délai de dépôt de candidatures via des supports habituels (affichage, mail, téléphone,…) et non sur les réseaux sociaux comme facebook. «Ce n’est que l’arbre qui cache la forêt en termes d’anomalie si l’on ne cite que l’injuste disqualification du candidat élu au sein de la section Tan-Ville et l’organisation défaillante des divers championnats nationaux qui sont malheureusement devenus des compétitions ordinaires ayant perdu toute leur envergure. C’est déplorable. D’où la raison de ce déballage et le dépôt de candidatures de certains passionnés », ont conclu les conférenciers.

Rojo N.

 

www.newsmada.com

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE