Maison Afrique Tchad : le pouvoir dénonce une manipulation de l’opposition sur l’affaire des...

Tchad : le pouvoir dénonce une manipulation de l’opposition sur l’affaire des militaires disparus

327
PARTAGER

Une pluie d’accusations est tombée au Palais de la République du Tchad. L’opposition et la société civile ont dénoncé des maltraitances et autres brimades faites sur des militaires tchadiens qui auraient voté contre le président Déby lors des dernières joutes présidentielles du 10 avril dernier.

Le 16 avril l’opposant Saleh Kebzabo, dénonçait la disparition des dizaines de militaires qui n’avaient pas voté pour Idriss Deby, et l’existence d’une prison militaire au sein du palais présidentiel, « des dizaines de militaires ont été arrêtés, chicotés, embastillés, torturés, humiliés et emprisonnés. C’est à cette occasion que nous avons appris la confirmation d’une prison dans l’enceinte de la Présidence de la République », déclarait le principal rival du président sortant

Ces accusations qui font froid dans le dos, n’ont pas laissé de marbre le pouvoir de N’Djamena résolu à se laver à grande eau. Et pour ce faire, c’est le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement qui est monté au créneau.

Selon Moustapha Ali Alifei, ces informations selon lesquelles des militaires auraient été agressés, violentés ou punis au Palais proviennent d’une opposition malveillante. Avant de renseigner que ces militaires étaient en mission, et que les allégations de l’opposition avaient pour objectif de déstabiliser le gouvernement.

afrique360.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here