Maison Culture Sortie littéraire : « L’abécédaire » ou Titane, de A à Z

Sortie littéraire : « L’abécédaire » ou Titane, de A à Z

50
PARTAGER

Titane vient de signer son cinquième livre autobiographique. Un ouvrage de 216 pages à travers lequel elle parle de sa vie de femme en tant que mère, épouse, docteur, peintre…

Sortie littéraire : « L’abécédaire » ou Titane, de A à Z
Titane vient de signer son cinquième livre autobiographique : « L’abécédaire »

Le cinquième livre de Titane est dans les bacs ! L’auteure a présenté hier, lors d’une conférence de presse au Colbert, son dernier-né : « L’abécédaire ». Un ouvrage disponible à la librairie Espace Loisir et à l’Hôtel Colbert, qui s’inscrit dans le même registre que les précédents. « C’est un livre dans lequel je relate mes vécus. Il est certes vrai que dans la culture malgache, on n’est pas habitué à mettre à nu des histoires personnelles. Il me tient pourtant à cœur de les partager avec les autres. Des messages ? Il n’y en a pas. Ce sont juste des bribes d’histoires que je tenais à raconter. Pourquoi l’abécédaire ? Tout simplement parce que pour chaque lettre de l’alphabet, j’ai dédié un chapitre ». Le livre, autrement dit, comporte 26 parties.

Passion. Docteur et peintre, Titane Pigny est également une passionnée d’écriture et c’est ce qu’elle veut mettre en avant à travers ses œuvres. « J’ai toujours aimé écrire depuis petite. J’adorais les rédactions et les dissertations mais également la Philosophie et la Psychologie. J’ai pensé écrire mes mémoires depuis une dizaine d’années, mais je ne trouvais pas le temps ». En 2014, elle se jette à l’eau. Les mots étaient sortis tous seuls et ont donné naissance à une première autobiographie de 120 pages, anglée sur la féminité. Trois ans plus tard, elle continue sur sa lancée et sur le même thème. « Je relate mes expériences en tant que femme, épouse, maman. Je parle d’amour, de mariage, de la vie de maman… » Malgré les obstacles auxquels elle a dû faire face, Titane, Christiane Pigny de son vrai nom, n’a jamais renoncé à sa passion. « A mes débuts, j’ai approché quelques maisons d’édition mais comme j’ai eu une réponse de non-recevoir, j’ai opté pour une autoédition.  Malgré cela, j’encourage tous ceux qui, comme moi, sont passionnés d’écriture à avancer et s’obstiner. Notre pays traverse certes des difficultés économiques, mais j’espère voir un jour son domaine culturel littéraire se développer ».
Mahetsaka

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here