Maison Economie Riz importé : Les contrôles des stocks vont être renforcés

Riz importé : Les contrôles des stocks vont être renforcés

68
PARTAGER

Riz importé : Les contrôles des stocks vont être renforcés
Au moins six variétés de riz importé, venant notamment de l’Inde et du Pakistan sont mises sur le marché.

L’objectif du ministère du Commerce et de l’Industrie est de faire en sorte que l’offre de riz importé arrive à satisfaire la demande

« Le ministère du Commerce et de la Consommation a un rôle régulateur ». C’est ce qu’a déclaré hier, le ministre Chabani Nourdine, en marge de la campagne de nettoyage réalisée par son département à Ambohidahy.

Importation massive

Une manière de rappeler qu’en matière de distribution de PPN en général et de riz, en particulier, c’est encore la libre concurrence qui joue. « Pour le riz local, en raison de la baisse de la production lors de la dernière campagne rizicole, l’offre est devenue très inférieure à la demande et  cela a provoqué, une flambée des prix », devait d’ailleurs rappeler le ministre du Commerce et de la Consommation. Une situation qui a emmené le gouvernement à prendre les mesures qui s’imposent. Notamment en mettant en place un dispositif d’importation massive de riz, grâce à un partenariat avec des opérateurs privés. Un objectif qui est visiblement atteint puisque régulièrement des camions en provenance de Tamatave déchargent des milliers de sacs de riz. « Si nous n’avons pas mis en place de dispositif d’importation, la situation aurait été pire »  selon toujours le ministre. Effectivement, même pendant le passage du cyclone Ava, l’approvisionnement en  riz importé s’est poursuivi, notamment sur le marché de gros  d’Anosibe. « Les prix n’ont pas augmenté, et il y a même eu une légère baisse » selon toujours le ministre qui se félicite de l’efficacité des mesures de contrôle prises par le ministère.

Compréhension

Sur ce point d’ailleurs, Chabani Nourdine a annoncé hier que les contrôles vont encore se renforcer. L’objectif étant de sanctionner les rétentions de stock que certains  opérateurs ou commerçants ont tendance à pratiquer, surtout pendant les périodes cycloniques. Il n’empêche, le ministère du Commerce et de la Consommation fait preuve de compréhension sur  une possible augmentation du coût de revient du riz, en raison par exemple de la coupure des routes.  Tout comme il comprend d’ailleurs les paysans  riziculteurs  qui vendent leur production au prix fort dans la mesure où leur coût de production est trop élevé. En somme, le MCC est avant tout là pour réguler les prix en  facilitant les importations. Une tâche qui ne s’avère cependant pas facile quand on sait qu’il faut au moins trois mois pour une seule  importation par bateau.  Heureusement que le dispositif est maintenant bien rôdé et que les opérations d’importation se font régulièrement.

Chambres de Commerce

Pour en revenir à la journée d’assainissement, le ministre du Commerce et de la Consommation d’expliquer que ce genre de démarche est appelé à servir de modèle et que l’objectif est de faire en sorte que tout le monde prenne conscience de l’importance de l’assainissement qui peut aussi être considéré comme un facteur de développement. Chabani Nourdine a également profité de cette occasion pour parler de l’importance des Chambres de Commerce et d’Industrie  pour le développement, notamment des PME. Raison pour laquelle, d’ailleurs, le ministère prend au sérieux l’organisation des élections dans les Chambres de Commerce et d’Industrie dont celles d’Antananarivo et de Toamasina sont actuellement en cours.

R.Edmond.

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here