Maison Societe Risque d’éboulement à Tsimialonjafy-Mahamasina : La population dénonce l’inertie des responsables

Risque d’éboulement à Tsimialonjafy-Mahamasina : La population dénonce l’inertie des responsables

41
PARTAGER

Risque d’éboulement à Tsimialonjafy-Mahamasina : La population dénonce l’inertie des responsables
Le risque d’éboulement de deux blocs de pierres est élevé dans le quartier de Tsimialonjafy-Mahamasina.

Impuissante, la population ne peut qu’attendre que les responsables procèdent au décapage des blocs de pierre. Ce, malgré le risque qui plane continuellement sur elle.

« Cela fait plusieurs mois qu’on nous a annoncé que les deux blocs de pierre de huit tonnes chacun qui menacent notre quartier, nos maisons et nos vies vont être décapés ou détruits ». Propos lancés par dame Mihaja, habitante dudit quartier et qui espère de valables réponses de la part des responsables étatiques. Selon celle-ci « une lettre émanant du BNGRC ou Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes a été distribuée par le « fokontany » vers la fin du mois de février ». « La lettre nous invitait de quitter nos foyers et nous annonçait que deux blocs de pierre de huit tonnes menaçaient de s’effondrer. Une situation qui a contraint la population dudit quartier à quitter leur maison durant au moins trois semaines » a-t-on confié. A la suite de quoi, « ils sont retournés chez eux parce qu’aucune prise de responsabilités n’a été effectuée » a lancé André Rakotomalala, président du « fokontany » Tsimialonjafy-Mahamasina. Ce dernier d’expliquer « qu’environ 62 foyers sont touchés par cette initiative invitant la population à quitter leurs

maisons ».

Interminable. Pour André Rakotomalala, président du « fokontany » Tsimialonjafy-Mahamasina, la situation est préoccupante. « La menace plane toujours alors que la population a décidé de retrouver leurs foyers» a-t-il noté. Propos partagés par dame Mihaja qui avance que « si par malheur, le rocher se détache, l’éboulement  provoqué ferait beaucoup de victimes ». La population s’interroge sur ce à quoi jouent les responsables, étant donné le danger et les semblants de prise de responsabilité menés vers la fin du mois de février 2018. D’autant plus que du côté du « fokontany », « toutes les procédures de demande de démolition des blocs de pierre ont été effectuées. Nous étions prêts à ce que le danger soit réduit et les pompiers étaient avec leurs matériels pour la tant attendue démolition des blocs de pierr e» a lancé André Rakotomalala. Avant de noter que le « ‘fokontany a demandé à maintes reprises auprès du BNGRC sur la tenue de la démolition sans qu’aucune action n’ait été faite ». « Démarche que j’ai déjà effectuée, mais en vain » s’est lamentée dame Mihaja. Annoncé à grande pompe, la sécurisation des quartiers aux environs d’Ampahamarinana traîne à se faire, surtout du côté de Tsimialonjafy-Mahamasina. La population craint que le décapage des blocs de pierre ne soit pas pour cette année. « Avec la saison des pluies qui n’est plus d’actualité, j’ai peur que la démolition des blocs de pierre qui nous menacent ne soit plus la priorité des responsables » s’est confiée dame Mihaja. Si tel est bien le cas, on pourrait s’attendre à un énième agissement du type « médecin après la mort » de la part des responsables. Affaire à suivre.

José Belalahy

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here