Maison Culture Naïf : Pièce à la mémoire de Rudi Rehava

Naïf : Pièce à la mémoire de Rudi Rehava

37
PARTAGER

Naïf : Pièce à la mémoire de Rudi Rehava
Gad Bensalem en pleine répétition.

Jour j-2, les répétitions vont bon train. « Naïf » de Gad Bensalem, à la mémoire de Rudi Rehava,  est à retrouver demain à l’Institut français de Madagascar.

Comme tout artiste, Gad Bensalem s’inspire de tout. Pour « Naïf », le slameur a trouvé sa muse en la personne du Professeur Albert Rakoto-Ratsimamanga. « C’est l’histoire d’un homme… l’histoire d’un pays, l’histoire d’un gars. » Ces mots reviennent comme un leitmotiv dans cette déclaration d’amour,  tout feu tout slam, à un père, une mère, un pays. Si le retour aux sources était le plus grand pas vers l’avenir, invoquer le nom d’un des plus grands de notre nation sonnerait comme un devoir. Ou une échappatoire en réalité. Naïf, c’est à la fois un requiem pour le passé et une danse pour le futur. » Une représentation qui se tiendra demain à l’Institut français à Analakely  en hommage au chorégraphe Rudi Rehava, disparu récemment.

Pièce pluridisciplinaire. De magnifiques mots traduits en gestuels, donnant ainsi vie à une pièce chorégraphique dans laquelle poésie, théâtre, musique et danse s’entremêlent. Les rôles principaux s’attribuent à Gad Bensalem, slameur, poète et comédien. Infatigable, persévérant et vif, il est sur tous les fronts depuis ces dernières années à travers divers projets artistiques. A ses côtés, Judith Olivia Manantenasoa, chorégraphe et non moins collègue de feu Rudi Rehava. A la mémoire de ce dernier, le spectacle lui est dédié. Cette dernière pièce à laquelle il a apposé sa signature. A l’autre bout du monde, et grâce aux miracles de la technologie moderne, Le cinéaste français,  Thomas Lesourd jouera par écrans interposés dans la pièce. Sous la direction artistique de Fela Razafiarison, Linda Volahasiniaina s’attellera à l musique et à l lumière, sans oublier les notes de Dorian Zapata.

Historique. A titre de rappel, depuis 1983, une petite fenêtre de notrequotidien Midi Madagasikara est réservée au « Naïf ». A l’origine, l’image d’Albert Einstein, ce  savant allemand, a illustré une pensée chaque jour. Des jeux de mots qui nous rappellent des choses spirituelles et en même temps faussement naïves. Plus tard, la photo du Professeur Albert Rakoto-Ratsimamanga prend le relais pour relater ce trait d’esprit toujours en rapport à l’actualité. Une figure qui, apparemment, aiguise la créativité de nos artistes.

Aina Maharindra

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here