Maison Politique Médiation : Les députés de l’opposition consultés par le FFKM

Médiation : Les députés de l’opposition consultés par le FFKM

73
PARTAGER

Médiation : Les députés de l’opposition consultés par  le FFKM
Les représentants des députés pour le changement hier à Ambohimanoro.

Si les 73 députés de l’opposition ont refusé l’invitation du FFKM le mardi 02 mai, ils ont accepté de rencontrer hier  les quatre chefs d’église. C’était à Ambohimanoro. La délégation a été conduite par Me Hanitra Razafimanantsoa et Christine Razanamahasoa. La rencontre a duré une heure. Bien que rien n’ait filtré de cette rencontre, on a pu apprendre à travers des indiscrétions que les quatre chefs d’église ont consulté ces élus « pour le changement » sur certains points qui leur permettraient de démarrer  la médiation malgacho-malgache proprement dite.  Avant les députés de l’opposition, les représentants des députés pro-régime ont été reçus hier par le Conseil Œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar. A rappeler qu’avant le rendez-vous d’hier, le FFKM a déjà rencontré le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat, le premier ministre, le ministre de la Défense nationale, le ministre de la Sécurité publique et le secrétaire d’Etat en charge de la Gendarmerie nationale.

Médiation parallèle. Parallèlement à la médiation des chefs d’église, la communauté internationale engage ses médiateurs. L’émissaire spécial du secrétaire général des Nations  unies Abdoulaye Bathily et le haut représentant de l’Union africaine Ramtane Lamamra sont déjà dans nos murs depuis ce  weekend . Quant à Joachim Chissano de la SADC, il est attendu ce jour. Pour le moment, les médiateurs étrangers tâtent le terrain. Après avoir été reçus par le président de la République Hery Rajaonarimampianina, Abdoulaye Bathily et Ramtane Lamamra devraient commencer à consulter les autres acteurs politiques aujourd’hui. Reste à savoir jusqu’où ira cette médiation de la communauté internationale. Va-t-elle intervenir jusqu’à la mise en place des règles de candidature à la prochaine élection présidentielle comme en 2013 avec le fameux « Ni…Ni… » ?  En tout cas, avec ou sans les médiations nationales ou internationales, l’issue à la crise actuelle se précise. Cette solution passerait par la formation d’un gouvernement de consensus.

  1. R. Eugène

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here