Gouvernement – Opposition : le MMM prêt à en découdre

Gouvernement – Opposition : le MMM prêt à en découdre

50
PARTAGER

Le troisième vendredi du mois, le rendez-vous très attendu par le parti de l’opposition le Malagasy miara-miainga pour rencontrer le gouvernement. Une rencontre qui sera pourtant déterminée par la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

L’article  23 de la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition stipule qu’«Il est institué un débat démocratique entre le Chef de l’opposition officiel et le Premier ministre durant le troisième vendredi du mois de janvier et le premier vendredi du mois de juillet. En outre, un débat périodique est organisé entre le Chef de l’opposition officiel et les membres du Gouvernement qui sera transmis sur les Chaînes de média publiques». Un rendez-vous que le Malagasy miara-miainga n’entend pas louper à condition toutefois que la HCC valide sa requête.

Sur ce point, la Haute cour semble jouer avec la montre. Alors que la requête a été déposée à Ambohidahy par le président de l’Assemblée nationale Jean-Max Rakotomamonjy le 14 décembre dernier. Le temps presse ainsi pour le parti de Hajo Andrianainarivelo qui n’entend pas vouloir attendre jusqu’au mois de juillet prochain pour cette rencontre.

«Cette rencontre permettra au gouvernement de développer ses projets et nous d’apporter nos critiques et nos propositions», a indiqué le président du parti, hier en marge de la présentation de vœux du parti à Ambohimanambola. «Cela garantira également le respect de la démocratie», a-t-il ajouté.

Pour rappel, la décision du Malagasy miara-miainga d’arborer le statut de l’opposition émane de son congrès national de l’année dernière qui a réuni tous ses membres dans tout Madagascar. «Une première pour un parti politique», a fait savoir Laurent Ramaroson, un membre du parti, dans son discours.

Remaniement

Dans tous les cas, le parti n’aspire à aucun siège au sein du régime. «Si nous l’avions voulu, nous aurions tout fait pour nous faire remarquer des membres du régime», a expliqué le leader du parti. D’ailleurs, ce dernier estime que seule la démission du chef de l’Etat pourrait peut-être résoudre la situation qui prévaut au  pays et non un remaniement quelconque. Quoi qu’il en soit, Hajo Andrianainarivelo a tenu à saluer les députés du parti qui lui sont restés fidèles mais également ceux qui ont pris conscience de leurs erreurs.

Tahina Navalona

www.newsmada.com

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE