Maison Sport Football- Elections : Des incohérences dans les recommandations de la FIFA

Football- Elections : Des incohérences dans les recommandations de la FIFA

33
PARTAGER

Football- Elections : Des incohérences dans les recommandations de la FIFA
Le président de la CENI, Eddie Ravelonarivo, reste confiant pour la résolution de cette crise.

Ouf de soulagement pour les férus de football malgache après que la FIFA a fait savoir sa position dans la résolution de la crise qui a secoué la Fédération Malgache de Football depuis un bon bout de temps.

Finalement et à croire cette lettre de recommandation portant la signature de la Secrétaire Générale de la FIFA, Fatma Samoura, il ne s’agit plus de mettre en place le fameux comité de normalisation qui excluait de fait les membres actuels de la FMF mais bien de revenir aux élections de trois ligues notamment celles de Vatovavy Fitovinany, de Haute Matsiatra et de Bongolava.

Pas de contestation. En clair, la lettre valide les élections dans les 19 autres ligues mais là, on ne suit pas le raisonnement de la FIFA : c’est de voir pourquoi elle s’est opposée à l’élection au sein de la Ligue de Bongolava alors qu’elle a été validée par la CENI et qu’il n’y a pas eu de contestation, encore moins de recours.

Une première incohérence qui cache une autre notamment lorsqu’elle ne semble pas reconnaître la Commission Electorale Indépendante qui a pourtant validé les élections au niveau des 20 ligues.

La lettre demande d’ailleurs expressément  à ce qu’on procède à la validation de cette CENI quand elle doute de la légitimité de la commission électorale et de la commission de recours. Autrement dit la candidature des membres de la CENI doit faire l’objet d’une nouvelle consultation de l’assemblée générale, la même en fait que celle qui s’est tenue le 25 mars 2017.

Indépendance et indépendance. Elle fustige dans la foulée le fait que le président de la commission électorale était aussi l’avocat de la FMF en 2004 et qu’en ce sens, Eddie Ravelonarivo n’incarne pas ce que la FIFA estime une totale indépendance et qu’elle réclame un processus plus démocratique.

Et si on devait donc refaire la validation ou non de la CENI à la demande de la FIFA, on ne sait pas par quel bout prendre et surtout par quels acteurs, car il y a d’un côté les anciens présidents des ligues et de l’autre ceux nouvellement élus et « reconnus » par Fatma Samoura dans sa lettre qui comporte une troisième zone d’ombre dans la mesure où elle comprend une troisième feuille non signée et redéfinissant les critères d’indépendance des membres de la CENI allant jusqu’à leur interdire d’avoir des liens de parenté au cours de quatre années ayant précédé leur mandat avec toute personne occupant un poste rémunéré ou par contrat avec  la FMF ou une instance fédérale incluant une entreprise et une organisation. Et quand elle rajoute parmi les critères dits d’indépendance le fait d’avoir travaillé pour un conseiller juridique externe à la FMF ou pour l’organe de révision de la FMF, alors on comprend aisément que la personne visée n’est autre que ce Zanadranavalona d’Eddie Ravelonarivo. Eh oui !

Clément RABARY  

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here