Maison Culture Farakely : A la conquête de la France avec « Tafaray isika...

Farakely : A la conquête de la France avec « Tafaray isika roa »

34
PARTAGER

Farakely : A la conquête de la France avec « Tafaray isika roa »
Farakely, accompagnée de Sefo et de Charles Kely lors de son concert à Savigny sur Orges, le week-end dernier.

Lentement mais sûrement, Farakely construit son petit bonhomme de chemin ! Après avoir surpris les Tananariviens avec son premier album « Tafaray isika roa », la voilà aujourd’hui partie en France pour une autre opération de charme.

Cap sur Paris pour une nouvelle aventure musicale ! Accompagnée de Sefo, Farakely s’est envolée dans la Capitale française pour séduire la diaspora. L’objet du voyage ? Les vacances bien sûr, mais également et surtout pour faire connaître son premier album. Sorti il y a trois mois, « Tafaray isika roa » a fait mouche à Tana. Pour la jeune femme, il fallait aller le plus loin possible. Quelques mois à peine après la sortie de l’opus, la voilà sur les routes pour une nouvelle opération de charme, cette fois en France. Réalisé avec les plus grands soins et avec tout le professionnalisme dont sont capables la jeune femme et son équipe, Farakely, à travers son premier album dévoile plus en profondeur son univers musical avec des titres très « gasigasy », des ballades, de la soul et d’autres chansons plus funky. Le premier essai a d’ailleurs été un succès. Sa prestation à Savigny sur Orges avec Charles Kely en a époustouflé plus d’un. Pour la chanteuse, ce n’est cependant qu’un début. D’autres dates, d’autres concerts sont encore prévus au programme. Pour Farakely, l’aventure en solo n’en est effectivement qu’à ses débuts.

Nouvelle page. En quelques années, Farakely a su s’imposer dans le monde de la variété locale. Surtout connue comme étant une des membres du groupe Randrantelo, elle a depuis tracé son chemin. « Quand nous étions petits, nos parents nous avaient initiés à la musique. Moi, j’avais neuf ou 10 ans et franchement, cela ne m’intéressait pas du tout. Ce n’est que plus tard, lorsque j’ai rejoint une chorale, que j’ai commencé à apprécier la musique, et à comprendre tout l’intérêt d’en jouer» raconte Farakely. Depuis, elle ne peut plus s’en passer. Elle participe à un concours avec son frère, mais c’est plutôt le groupe Randrantelo qui lui servira de tremplin pour se faire connaître du grand public. « Avec Randrantelo, j’ai tout appris. Et j’y ai connu plusieurs expériences qui m’ont mûrie ». Aujourd’hui, elle est à la conquête d’un autre public, celui de la France, de la diaspora.
Mahetsaka

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here