Maison Politique Albain Rabemananjara: « Le silence est complice et l’inaction complaisante »

Albain Rabemananjara: « Le silence est complice et l’inaction complaisante »

199
PARTAGER

Albain Rabemananjara: « Le silence est complice et l’inaction complaisante »
L’actuel président du CDE.

C’est à l’issue d’un conclave à Sahamadio Ilafy le 15 septembre 2000 que le Club Développement et Ethique avait vu le jour. Le CDE avait ensuite adopté en mars 2001 sa vision du devenir de Madagascar et de la société malgache. Après Serge Zafimahova, l’actuel président du CDE est Albain Rabemananjara. Interview.

 

Midi : Pouvez-vous dresser le bilan des 18 ans d’existence du CDE ?

Albain Rabemananjara : « Ces 18 ans ont été marqués par une soixantaine de conférences-débats de Vendredis du CDE sur différents thèmes touchant l’économie, la politique, l’éducation, le droit, etc. ; une vingtaine de documents d’analyse stratégique ; des propositions de projets de lois sur les partis politiques, les élections… Des travaux et des projets de textes sur la réconciliation nationale en appui, plus particulièrement, au professeur Albert Zafy ».

Midi : Et le Manifeste du CDE ?

A.L. : « Dans le Manifeste en trois langues (malgache, français et anglais) du CDE, on peut lire que la mise en place de Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) se fera à trois niveaux : Région « Faritra », Commune « Firaisana » et communauté de base « Fokontany ». On favorisera à l’intérieur de chaque région la coopération inter-Firaisana. Les CTD seront dirigées à chaque niveau par des élus. Le département ‘‘fivondronana’’ actuellement district, regroupant un certain nombre de Firaisana, sera  uniquement une circonscription administrative. Pour le CDE, la réconciliation nationale et la refondation de la République et de la Nation doivent être portées par les Raiamandreny du FFKM autour des principes du 4F: Fiaiken-keloka ‘‘confession’’, Fibebahana ‘‘repentance’’, Fahamarinana ‘‘vérité’’ et Fihavanana ‘‘réconciliation’’. Le CFM de Maka Alphonse qui est un organe politisé, est inapte et non crédible à diriger la réconciliation nationale. Ce qui a marqué la personnalité du président Albert Zafy est sa grande humilité. C’est pour cela que le CDE dénonce aussi « les tentatives malsaines de récupération du CRN de Tabera ».

Midi : Quel était le rôle du CDE dans la sortie de crise 2009 ?

A.L : « Durant la crise 2009 / 2013, le CDE a été très actif dans la médiation de sortie de crise politique. A la suite de la médiation du FFKM, la société civile a pris le relais pour trouver une issue à la crise. A l’ambassade du Sénégal en avril 2009 en coopération avec des Représentants des Nations et de l’Union Africaine, le CDE a été parmi les 4 Médiateurs de la société civile. C’est au cours de cette réunion dirigée par la société civile malgache, avec les 4 Mouvances politiques, que l’architecture des Accords de Maputo a été trouvée. Après différentes péripéties et des blocages dans l’application des accords signés, la société civile a repris son bâton de pèlerin de médiation à travers la Coordination Nationale des Organisations de la Société Civile (CNOSC) en août 2010. Une fois de plus, le CDE a joué un rôle important dans l’orientation et les travaux menés par la CNOSC pour trouver une solution. Pour moi, le fokonolona doit avoir un rôle prépondérant, en matière de sécurité, de développement local, d’initiative locale, d’impôt local, de gestion de ristournes, … à travers les fokontany ». C’est ainsi que le CDE a soutenu, « nitan-tsoroka », la mise en place du Dina dans le Bongolava. L’amendement sur la Loi sur le Dina a été initié par le Député du Bongolava, un membre du Bureau national du CDE ».

Midi : D’après vous, quels sont les maux du pays ? 

A.L. : « A la base des maux de Madagascar, on trouve toujours les mêmes éléments, à savoir, mauvaise gouvernance politique et économique, kleptomanie des dirigeants, absence d’Etat de droit, inexistence de législation appropriée et de système judiciaire indépendant, des droits de propriété approximatifs, une corruption généralisée, un pillage organisé des ressources du pays, une incapacité des gouvernants à envisager le devenir de la Nation autrement que sous l’angle des intérêts particuliers. Ce qui n’est pas au demeurant étonnant puisqu’il s’agit toujours des mêmes dirigeants et de la même classe politique depuis des décennies. L’éthique est à la racine de la bonne gouvernance politique et économique. La bonne gouvernance est la condition du développement. Le CDE tacle les Partenaires Techniques et Financiers quand ils parlent que l’objectif est « la lutte contre la pauvreté » considérée réductrice, « c’est comme si une équipe de football monte sur le terrain en se disant que l’on va tout faire pour encaisser le minimum de buts ». Pour le CDE, l’objectif est de soutenir le développement de Madagascar en maîtrisant prioritairement la transformation des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables. Il faut arrêter cet esprit de mendicité. Madagascar a certes besoins d’IDE et de PTF, mais avant tout, les Malgaches doivent compter sur leur savoir-faire, leurs propres forces et soutenir les investisseurs directs nationaux pour transformer le potentiel économique du pays en réalité».

 

Midi : Et le MDE, c’est quoi ?

A.L. : « Il y a un temps pour écouter, un temps pour interpeller et un  temps pour agir. Au cours de son assemblée générale du 23 février 2018, le CDE a mis en place une plateforme, comprenant aujourd’hui des chefs d’entreprise, des organisations de la société civile et des citoyens, intitulée Madagascar Développement et Ethique (MDE). Dans le Manifeste du CDE publié en 2001, on peut déjà lire « le silence est complice et l’inaction complaisante ». Sous la houlette du président provisoire du MDE, Serge Zafimahova, qui a été désigné lors de l’AGE du CDE, le MDE prépare une Assemblée Générale les 6 et 7 avril 2018 pour enrichir son Manifeste et établir un plan d’action à l’aune des réflexions et des réalités de terrain vécues à ce jour. Pour diffuser ses idées, le MDE lancera prochainement un site internet proactif pour faciliter les échanges et diffuser ses points de vue. La direction provisoire du MDE est déjà à pied d’œuvre ».

 

Propos recueillis par R. O

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here