Maison Economie Air Madagascar – Corsair – Le duel persiste

Air Madagascar – Corsair – Le duel persiste

202
PARTAGER

Deux versions différentes. Jusqu’à maintenant, l’interdiction de trafic de la compagnie Corsair est un sujet à polémique. Effectivement, il est expliqué dans le dernier communiqué de presse de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar de lundi dernier qu’ « il y a un peu plus de six mois, l’Aviation civile de Madagascar (Acm) avait accordé à Corsair une autorisation provisoire d’exploiter cette ligne, avec comme condition, l’apport de 17 000 touristes supplémentaires. (…) Or, après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de La Réunion est très en deçà de l’objectif fixé ». Après ce constat, le ministre des Transports et de la Météorologie a alors décidé de ne pas renouveler cette autorisation temporaire pour la compagnie.

Les termes de « tarifs de prédation » ont également été utilisés pour justifier cette décision étant donné que Corsair offre des tarifs moins chers par rapport à Air Madagascar ou encore Air Austral, son partenaire stratégique, engendrant une chute du coefficient de remplissage de la compagnie nationale allant de 53 % à seulement 29 %. Pourtant, Corsair se défend en affirmant qu’« elle essaie toujours de maintenir une situation de concurrence saine et loyale tout en préservant l’intérêt de ses clients ». D’après un quotidien local, grâce à sa ligne La Réunion-Antananarivo, le trafic a même augmenté de 27 %. Plus de 17 000 personnes ont voyagé sur la ligne grâce à Corsair. Avec cette divergence de points de vue entre les parties concernées, le duel persiste encore jusqu’à ce jour. 

Une confrontation qui ne risque pas de se terminer d’ici peu étant donné que, toujours d’après un quotidien local, la compagnie aérienne française maintiendra quand même ses vols et ce, malgré les interdictions. Son argument repose en effet sur l’accord bilatéral entre la France et Madagascar qui est toujours en vigueur, sans oublier les consultations bilatérales entre l’Aviation civile des deux pays. 

Avec cette situation, la politique de l’« Open sky » a été remise en cause. Toutefois, Air Madagascar affirme que « la libéralisation des airs est indispensable. Mais elle doit se faire avec des règles de jeu équitables, au bénéfice des passagers et des compagnies en présence ». Vu ses conditions, la situation risque encore d’être plus tendue.

Recueillis par Rova R.

www.laverite.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here