Maison Politique Affaire Soanierana-Ivongo : Rossy défendu par les bas-quartiers

Affaire Soanierana-Ivongo : Rossy défendu par les bas-quartiers

203
PARTAGER

Affaire Soanierana-Ivongo : Rossy défendu par les bas-quartiers
Les représentants des différentes associations des bas-quartiers ont apporté leur soutien à Rossy.

Les associations des bas-quartiers revendiquent des excuses en public du député Tody Arnaud. Ce dernier est également désavoué par le maire de Soanierana-Ivongo qui déplore le manque à gagner de sa commune dû aux agissements du député de ladite localité.

L’affaire Soanierana Ivongo qui a opposé les deux députés Paul Bert Rahasimanana dit Rossy et Tody Arnaud est loin d’être réglée. En effet, des associations des bas-quartiers de la Capitale ont élevé la voix. Il s’agit, entre autres, de Bemiranga, Zamami, VAM et Favori. Ces derniers revendiquent notamment à ce que le député de Soanierana Ivongo fasse des excuses en public pour les propos qu’il a tenus à l’endroit du roi du Tapolaka. Ils condamnent également l’agression portée à l’encontre de l’artiste. Autrement dit, Rossy est défendu par les bas-quartiers.

Spectacle. Par ailleurs, après l’annulation du spectacle de Rossy samedi dernier dans ladite localité, le député du IVe arrondissement a porté plainte pour coups et blessures contre le député de Soanierana Ivongo au tribunal administratif de Toamasina. Le verdict est tombé mercredi dernier donnant gain de cause au député Paul Bert Rahasimanana, selon le maire de Soanierana Ivongo. Rossy pourrait ainsi donner un spectacle dans ce chef-lieu de district s’il le veut. Le maire a également clamé haut et fort que Rossy a eu bel et bien obtenu une autorisation pour tenir un spectacle au stade dans ce chef-lieu de district. Faut-il cependant rappeler que les deux parlementaires ont été élus sous les couleurs du Mapar. Mais par la suite, le député de Soanierana Ivongo a choisi de rallier le camp du parti présidentiel.

Moyens. Toujours est-il que ces associations sont dans la plupart des cas le porte-parole des bas-quartiers. A l’approche de la présidentielle de 2018, le poids des voix des électeurs dans ces « Faritra iva » n’est pas négligeable. D’ailleurs, lors des différentes élections qui se sont déroulées dans le pays, les partis politiques ont déployé tous les moyens possibles pour avoir les voix des gens des bas-quartiers.

Recueillis par Dominique R.

www.midi-madagasikara.mg

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here