Maison Economie Administration fiscale : un début de prise de conscience ?

Administration fiscale : un début de prise de conscience ?

120
PARTAGER

Devant les critiquent qui fusent de partout à propos des harcèlements des contribuables sans parler de la corruption, la direction des impôts comptent apporter des modifications dans les dispositions fiscales cette année. A vrai dire, c’est déjà prévu dans la loi de Finances rectificative (LFR) 2016 et la loi de Finances  initiale (LFI) 2017.

Le directeur général des impôts Iouri Garisse Razafindrakoto a  avoué hier lors du colloque national des  impôts organisé à Anosy Avaratra  que «L’an dernier, l’administration fiscale a fait l’objet de nombreuses reproches. Les plaintes des opérateurs économiques concernant l’harcèlement fiscal en font partie. Des discussions ont débuté avec le secteur privé à ce propos».

Le secrétaire général auprès du ministère des Finances et du budget Alexandre Andrianasolo a touché un mot à ce sujet  en avançant qu’un système d’analyse-risque sera bientôt mis en place pour identifier les fraudes pour éviter que cela ne se reproduise plus. Les rapports  entre les agents de l’impôt et les contribuables devraient être également réduits à travers la mise en place de la télé-déclaration et la mobilisation du mobil money pour le paiement des impôts.

Des actions concrètes attendues

En outre, d’autres  nouvelles dispositions ont été apportées,  notamment  l’allègement des taux applicables en matière de pénalités, amendes fiscales, comme il est indiqué dans la LFR 2016. Dans la foulée, la direction des impôts entend également appliquer cette année l’impôt synthétique intermittent au profit des Collectivités territoriales décentralisées.

En effet, l’Etat vise à augmenter le taux de pression fiscale à 0,5% par rapport au PIB national. Plusieurs réformes sont donc en vue pour atteindre cet objectif. Seulement, le secteur privé qui est le poumon du développement économique du pays  en contribuant à plus de 70% des recettes fiscales est toujours en attente d’une action concrète de l’Etat pour que le climat des affaires à Madagascar soit enfin propice aux investissements.

Haja R.

 

www.newsmada.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here